VBLOG 3 : L’HISTOIRE DE SON PERSONNAGE

Bonjour à vous,Nous sommes ici pour apprendre à créer l’histoire de son personnage, son passé. Je le répète sans cesse aux gens : pour être un bon rpgiste, il faut surtout maitriser son histoire. C’est l’un des piliers fondamental. Très bien, mais vous allez me dire : d’accord, mais dis-moi, je ne sais pas comment on s’y prend, par où je commence ? Pas de panique, c’est très simple.L’astuce, quand on ne sait pas par où commencer, est de prendre des bases réelles, de prendre exemple sur ce que vous connaissez, pas forcément sur le contenu mais au moins sur la forme. Votre but est de connaitre plus précisément votre personnage.

 

IDENTITÉ

 

Dans la vraie vie, lorsque l’on vous demande : « Qui es-tu ? », que répondez-vous ? « Bonjour, je m’appelle Simon, j’ai 21 ans, je suis étudiant, j’ai deux frères et une soeur. » Voila. La base. C’est ce que l’on appelle l’identité. Vous délivrez en premier lieu une sorte de carte de visite qui, très vite, donne des infos sur vous. Cette carte de visite est exhaustive : Nom, prénoms, âge, sexe, lieu de naissance, date de naissance, professions des parents, parrain, marraine, frères et soeurs, classe sociale etc… Ce sont des informations que l’on peut obtenir simplement en remplissant un formulaire. Je ne vous apprendrais rien en disant que c’est par ici qu’il faut commencer. Posez les bases de l’identité de votre personnage : en vous interrogeant sur la profession de ses parents, vous êtes déjà dans le passé de votre personnage ! Sur son lieu de naissance, vous êtes déjà dans le passé de votre personnage ! Ses grands frères, vous êtes déjà dans le passé de votre personnage !

 

UN FAIT EN ENGENDRE UN AUTRE

 

Ensuite, nous devons nous atteler au « récit de vie » et là c’est plus compliqué parce que l’on ne sait pas très bien par où commencer. En effet, remplir une fiche, c’est facile, mais raconter ce qu’il a vécu, on part de quoi ? Déjà, il faut essayer de rester logique en vous inspirant du monde que vous connaissez. De la fiche que vous avez rempli, il peut découler beaucoup de choses si l’on se pose les bonnes questions.Par exemple, si vous savez que ses parents avaient un travail extrêmement prenant, il est probable que dans son enfance, il ne les ait pas beaucoup vu. Ne pouvez-vous donc pas parler de cette absence ? Comment l’a-t-il vécu ? Peut-être avait-il une nourrice ou du moins quelqu’un qui s’occupait de lui ? Dans ce cas, quelle était sa relation avec cette personne ? Est-ce qu’ils s’entendaient bien ? Si oui, à quel point sont-ils proches ? Si non, est-ce que cela a créé des incidents ? Quels types d’incidents ? Comment se sont-ils produits ?
Ou alors, peut-être avec vous choisi des parents qui étaient au chômage ? Dans ce cas, l’on peut imaginer que la famille de votre personnage a manqué d’argent. Comment a-t-il vécu cette précarité ? Comment prenait-il le fait que son voisin avait plein de jouets et lui non ? En veut-il à ses parents ou est-ce que ça les a rapproché ? Quel est son rapport à l’argent aujourd’hui ?Concrètement, il faut vous interroger sur tout, en tout temps, à toute occasion. Il faut vous mettre dans la peau d’un être particulièrement curieux qui veut TOUT savoir de votre personnage : une réponse entraine une autre question et vous devez être capable de répondre à toutes. En faisant cela, vous aurez déjà beaucoup de choses à raconter.

 

LISTING DES ETAPES D’UNE VIE

 

Une autre manière de faire, est de faire préalablement un listing des étapes d’une vie. Si vous préférez remplir des formulaires pour compléter l’histoire de votre personnage, cette technique permet de « baliser » un peu plus ce que vous devez raconter.Un exemple de listing peut être : la naissance, l’enfance, les premiers pas, l’école, l’adolescence, la première infraction aux lois, la première copine, le premier véhicule, la première responsabilité, la première douleur, l’âge adulte, la première perte d’un être cher, le premier baiser etc… Ensuite, pour chacune de ces choses, vous vous interrogez sur la manière dont ces évènements se sont passés (ou non) pour votre personnage, en adaptant cela au monde dans lequel il vit (par exemple, si vous évoluer sur un forum Harry Potter, vous pouvez changer « ses premiers pas » par « ses premiers actes de magie »).

 

S’INSPIRER

 

Aussi, n’hésitez pas à vous inspirer de personnages que vous aimez. Il ne faut surtout pas copier EXACTEMENT son histoire, mais vous pouvez prendre ici et là quelques éléments.Par exemple, imaginons que mon personnage vit dans un monde steampunk. Je n’ai aucune idée de l’histoire que je veux lui donner. En revanche, je sais que j’adore Arya Stark de Game of Thrones. Dans ce cas, je peux m’amuser à retirer chez elle l’élément qui m’inspire, qui me plait. Chez Arya, j’aime sa volonté d’aller contre les choses qu’on souhaite lui imposer et de vouloir être libre, faire ce qu’elle veut. Très bien, je peux donc décider de faire de mon personnage quelqu’un qui lutte lui aussi contre la condition qu’on essai de lui imposer. Est-il un esclave en manque de liberté ? Je ne le sais pas encore, par contre, je sais que j’adore également Robin des Bois, parce qu’il vole aux riches pour donner aux pauvres et j’adore l’idée de la justice. Eh bien, rien ne m’empêche de mixer Arya avec Robin des Bois. Arya m’intéresse pour sa lutte, Robin pour son sens de la justice et son rapport au bas peuple. Et là voyez vous, une histoire commence à apparaitre : mon personnage pourrait être l’enfant d’un riche industriel, mais qui au lieu d’étudier et de suivre ses obligations préfère aller jouer avec les enfants pauvres (on retrouve la lutte contre sa condition d’Arya et le rapport à l’argent de Robin) au point qu’il souhaite voir un jour son père ruiné et souhaite distribuer l’or à ses amis. Voilà, avec ça, j’ai déjà pleins de choses à imaginer et raconter ! Je me suis inspiré de deux personnages que j’aimais, pourtant mon personnage est différent. Soyez inventif !

 

NE PAS TOUT REVELER

 

Maintenant, j’aimerais souligner un point : l’histoire de votre personnage est avant tout là pour vous. Dans un second temps seulement, pour les autres. L’erreur fatale serait de dévoiler toute son histoire du premier coup à l’ensemble des joueurs, ce qui le rendrait beaucoup moins intéressant. Il est important que vous connaissiez le plus de choses possibles de votre personnage, mais ce n’est pas le cas des autres joueurs qui évoluent avec vous : eux veulent le découvrir petit à petit. Gardez donc une part de mystère ! Cela étant dit, noté aussi qu’un passé de personnage évolue sans cesse. En effet, au fil de votre jeu, il peut arriver que vous ne deviez modifier quelque chose dans le passé que vous aviez écrit, pour plus de cohérence ou parce que vous en avez envie : ce n’est pas grave ! Vous êtes là avant tout pour vous amuser, tant que vous ne changez pas tout et pas tout le temps, cela ne devrait pas changer de problème, alors allez-y x)J’espère que ce billet vous aura aidé à y voir un peu plus clair et que grâce à lui vous pourrez bientôt vous lancer dans les méandres de l’écriture !

VBLOG 2 : CRÉER ET GÉRER SON PERSONNAGE #2

 

 

Bonjour à vous,

Nous sommes ici pour parler de la meilleure des manières de créer et de jouer un personnage. Dans le sujet précédent, que je vous invite à consulter si ce n’est pas déjà fait, je vous ai présenté deux clés de base : la constitution du personnage, qui consiste en fait à la partie création et l’attitude à avoir vis à vis de lui, ce qui correspond en fait au jeu. Aujourd’hui, nous sommes sur l’attitude à avoir. Alors l’attitude, c’est quoi ?

Votre attitude, c’est la manière dont vous allez gérer votre personnage. Il est créé, vous avez une bonne base, bien. Mais comment faire ensuite ?Le premier point est :

 

SOYEZ PSYCHOLOGUE !

 

Je vous parlais dans le billet précédent de l’importance du passé de votre personnage. Voici pourquoi : un être humain, tel qu’il soit, peu importe ses origines et sa vie, réagit toujours en fonction de son passé et de ses expériences, de ses traumatismes et de ce qu’il sait : aucune réaction n’est gratuite. C’est systématique, c’est une règle à comprendre, à savoir et à maîtriser. Si vous savez cela, vous savez déjà beaucoup de choses.Un exercice facile est d’observer tous vos personnages de séries préférés, de romans ou de films. Ils ne sont pas ce qu’ils sont par hasard, ils le sont parce qu’ils ont un vécu : Walter White(Breaking Bad), devient dealer de drogue et fabriquant de métamphétamines PARCE QUE il a besoin d’argent et GRACE au fait qu’il soit professeur de chimie. S’il ne l’était pas, son histoire ne serait pas la même. Voldemort (Harry Potter) a un passé extrêmement trouble, Dark Vador (Star Wars) a été dégoûté de ne pas pouvoir sauver la femme qu’il aimait, Sasuké Uchiwa (Naruto) veut être plus fort pour pouvoir se venger…Il y a une règle de base qui est :

 

tout évènement laisse une trace.

 

Jouez à être Sigmund Freud (psychanalyste) et interrogez vous en permanence sur les raisons qui poussent votre personnage à agir et comment il peut approcher les choses. Pourquoi fait-il cela ? Comment, avec le passé et le caractère qu’il a, réagirait-il à tel évènement ? Une question qui aide beaucoup est : Et si…?Et si mon personnage, avec son caractère, avec ses traumatismes, avec son passé, était confronté à sa plus grande peur, que ferait-il ? Et si mon personnage était en danger, comment réagirait-il ? Et si l’on volait à mon personnage son objet le plus précieux ? Il faut vraiment être sans cesse dans la tête de votre création c’est comme ça que vous saurez comment le faire réagir à toute situation.
Par exemple, si je sais que mon personnage avait, dans son enfance, une grand-mère qui lui préparait sans cesse des petits pois, mais que ces petits pois n’étaient pas bons, car elle était une très mauvaise cuisinière et qu’un jour, faisant exploser sa cuisine, elle avait causé la mort de son mari (j’improvise totalement), alors je sais que confronté à des petits pois, mon personnage aura une réaction disproportionnée. Cela lui évoque un aliment pas bon et la mort de son grand-père. Cela ne parait rien, mais c’est une des clés.Deuxième point de l’attitude à avoir vis à vis de votre personnage, point directement lié au précédent :

 

SERVEZ-VOUS DE CE QU’IL SE PASSE DANS LE RPG !

 

Eh oui, comme je l’ai dis « tout évènement laisse une trace ». C’est valable pour le passé mais aussi le présent et le futur. Si votre personnage évolue dans une histoire, ne jouez pas l’histoire en la menant à son terme avec l’idée ensuite de la mettre de côté, voilà, terminée, on n’en parle plus. Non, non. Votre personnage, durant cette aventure, a vécu des choses, a ressenti des choses, servez-vous en ! Votre personnage doit évoluer, un être humain est sans cesse en évolution (c’est valable aussi pour les animaux, créatures, extraterrestre et toute autre chose). Ce qu’il vit doit le changer et cela ne le changera pas forcément comme vous l’aviez prévu : car, vous devez toujours jouer votre rôle de psychologue et savoir comment il réagira. Si un autre joueur place devant votre personnage un élément auquel vous ne vous attendiez pas, cela s’ancre dans son passé et cela modifie son expérience, donc cela le change. Votre personnage doit l’assimiler et réagir à cela, peut importe si vous l’aviez prévu ou pas, on ne choisit pas ce qu’il nous arrive dans la vie, votre personnage peut devenir quelqu’un d’autre, tant pis !Troisième point de l’attitude à avoir vis à vis de votre personnage :

 

MALMENEZ-LE, DONNEZ-LUI DES OBSTACLES, FAITES-LE SOUFFRIR !

 

De la même manière qu’il est plus intéressant de donner des défauts que des qualités à un personnage, il est plus intéressant de semer son parcours d’embuche que d’être au petit soin. Vous venez sur un forum rpg pour faire quoi ? Créer un personnage et le laisser vivre une petite vie pépère où il ne se passe rien ? Non, bien sûr que non ! En tout cas, cela n’intéresse pas grand monde.
Il faut que votre personnage soit amené à se dépasser et à se questionner en permanence. Pour cela il faut le blesser, lui faire mal, le décevoir, le mettre dans une situation inconfortable, le couler dans la merde jusqu’au cou, le confronter à ses frustrations, le confronter à ses peurs, bref il faut sans cesse aller le titiller. Bien sûr, il ne faut pas en faire trop : on ne veut pas d’un forum de dépressifs ayant des passés trop dark qui font qu’ils se renferment sur eux-même et sont sarcastiques ; ça, on en a pleins, pleins, pleins. Trouvez le juste milieu.Par exemple, si votre personnage est un gros peureux, qu’il a peur de tout, n’hésitez pas à le mettre dans une situation particulièrement dangereuse pour déclencher chez lui une crise d’hystérie. C’est là que l’on s’amuse ! Qui serait Harry Potter s’il n’avait pas perdu tant de proches et connu tant de douleur ? C’est ce qu’on appelle en fait l’élément perturbateur. Sans élément perturbateur, il n’y a pas de récit.Quatrième et dernier point :

 

LAISSEZ-LE VIVRE !

 

N’oubliez jamais qu’un personnage parfaitement créé sera indépendant de vous et sera capable de penser sans vous. Il n’EST PAS VOUS. Il peut arriver que, lorsque vous rédigez un message, vous entendiez comme une petite voix qui vous murmure : non, on devrait plutôt écrire cela comme ça, il devrait plutôt dire ça… Ecoutez la ! Laissez la faire, ouvrez les vannes, ouvrez lui la porte ! Moi, mon personnage vit tellement en moi et est tellement indépendant que je me fais surprendre en permanence ! J’écris un truc, je pense qu’il va réagir d’une telle manière et au cours de la rédaction je me rends compte que pas du tout, il fait totalement autre chose, je perds le controle ! Et quel plaisir ! Il vit ! Donc n’ayez pas peur de cela, à partir d’un certain stade, laissez libre court à ses envies. Le but d’un narrateur est de retranscrire une histoire et si vous pouvez la diriger légèrement, votre but n’est pas d’aller contre lui, de le brider, de l’empêcher. Surtout pas, c’est le pire que vous puissiez faire.Je vous rappelle donc les quatre points que nous venons de voir :

1. Soyez psychologue : Analysez et déterminez ses réactions en rapport à ses traumatismes.

2. Servez vous de ce qui se passe en RPG : chaque évènement laisse une trace.

3. Malmenez le : plus il y a d’obstacle, plus vous saurez qui il est.

4. Laissez le vivre : il doit s’exprimer de lui même.

Avec ce sujet et le précédent, je pense que vous avez désormais de très bonnes bases pour vous améliorer et j’espère que vous illuminerez bientôt notre forum de personnages cools !

 

VBLOG 1 : CREER ET JOUER UN PERSONNAGE #1

 

Bonjour à vous, étant rédacteur sur le site consacré au rpg par écrit Infinite-RPG, il m’arrive de donner des donner quelques conseils pour mener à bien un rpg, comme par exemple la manière dont on peut maîtriser un background. Si récemment je me suis un peu égaré du sujet en traitant du lien étroit entre le transmédia et le jeu de rôle, c’est aujourd’hui avec ce même état d’esprit de partage d’expérience – sans prétention aucune – que je fais cet article.  Nous sommes ici en effet pour discuter de la meilleure des manières de créer et jouer un personnage –  savoir ce qu’il faut faire et ne pas faire – et aujourd’hui, je vais vous donner ce que j’estime être les règles de bases. Vous verrez, cela ne semble pas grand chose, mais vous aurez déjà de bonnes bases de travail pour améliorer votre façon de jouer. Alors, les règles de base que je vais vous donner se divisent en deux grosses « clés » : la première, c’est la Constitution du personnage. Comment je le fabrique ? Qu’est-ce que je lui donne ? La seconde est l’Attitude à avoir vis à vis de votre personnage. Ce premier post est réservé à la première, tandis qu’un second vous attends pour aborder la seconde.

La première règle de la constitution d’un personnage est primordiale et peut vous surprendre :

 

ÉVITEZ LES PERSONNAGES QUI VOUS RESSEMBLENT TROP !

 

Cela peut paraître bizarre, mais le personnage rpgique est là pour vous faire rêver, pour vous faire sortir de votre monde, vous êtes là IRL, vous vous emmerdez, alors vous prenez un rôle, comme un acteur qui va sur une scène de théâtre et vous voulez vous amuser. Alors que se passe-t-il lorsque vous prenez un personnage trop proche de vous ? Votre personnage va avoir les mêmes réactions que vous, les mêmes pensées que vous, les mêmes peurs que vous, les mêmes défauts, les mêmes qualités… Vous allez vous enfermer dans une « pseudo-réalité » proche de la votre et au final vous allez perdre le principe d’évasion qu’offre le jeu par forum rpg. De fait, très rapidement, vous allez finir par vous ennuyer. De plus, à vouloir jouer son propre rôle l’on a tendance à jouer mauvais. Bien évidemment, je vous entends déjà hurler au scandale : il est tout à fait possible de jouer un personnage proche de vous, mais je peux vous assurer, d’expérience, qu’un joueur prend beaucoup plus son pied en allant chercher quelque chose qu’il ne connait pas, voire son opposé.

Vous êtes gentil ? Soyez méchant !
Vous êtes méchant ? Soyez gentil !
Vous aimez les chips ? Soyez chipsophobe !

C’est que vous allez vous amuser, c’est que vous allez prendre votre pied, c’est que vous allez explorer et donc c’est là que vous allez prendre le plus de plaisir. Cela va se ressentir dans votre jeu et sera beaucoup plus agréable pour vous et pour les autres.

Cette règle primordiale donc : jouez un personnage qui n’a rien avoir avec vous, même si cela vous fait peur, au contraire, il faut y aller !

Deuxième point de la constitution d’un personnage, un point qui va vous paraitre là aussi étrange mais qui, vous le comprendrez très vite, a toute son importance :

 

DONNEZ A VOTRE PERSONNAGE DES DÉFAUTS, DES TARES ET DES TICS !

 

Quand vous créez un personnage, qu’est-ce qui se passe ? Vous prenez votre petit carnet et vous commencez à faire un petit listing de ses qualités, son corps parfait et ainsi de suite. Résultat ? Vous obtenez un personnage superficiel et inintéressant. Il faut savoir que l’on s’attache à un personnage en premier lieu à cause de ses défauts, de ses tares et de ses tics. Ceux qui sont fans des shônens japonais savent que j’ai raison : Luffy (One Piece) et Naruto (Naruto) n’arrêtent pas de bouffer, sont têtus et ont une capacité intellectuelle constable, Kakashi (Naruto) est toujours en retard, Light Yagami (Death Note) est très orgueilleux… Dans One piece – j’y reviens car ce manga est particulièrement parlant pour cela – tous les personnages ont des tics, tous, tous, absolument tous : soit ils rigolent bizarrement, soit ils utilisent toujours un certain mot… C’est vers cela qu’il faut aller, c’est cela qui rend un personnage vivant, qui le rend attachant et intéressant.Donc, quand je créé un personnage, que dois-je faire ?

Vous vous dites : je veux créer un personnage, super, quels sont ses défauts ? Et je vous assure que ça fait la différence ! Est-ce qu’il va être orgueilleux, méchant, va-t-il avoir peur, est-il le plus gros froussard de la terre tout simplement ? Et pour les tics, c’est la même chose ! Votre personnage se touche-t-il les cheveux sans arrêt ? Dit-il pardon dans toutes ses phrases parce qu’il passe son temps à s’excuser ? Se tripote-t-il sans cesse les doigts ? Est-ce qu’il utilise le mot « fanfreluche » plus que quatre-vingts pour cent des gens ou est-ce qu’il utilise une expression désuète ? Est-ce qu’il rigole n’importe comment ? Est-ce qu’il crache toujours parterre ? Bref, ses tics, ses obsessions aussi, allez y à fond, ses peurs, en sommes tout ce qui semble négatif avant tout.

Après, et seulement après, lorsque vous connaissez ses défauts, ses tares et ses tics, vous pourrez lui ajouter des qualités. Mais surtout, il y a une règle à toujours respectée :

 

une qualité = un défaut.

 

Ou alors, donnez lui plus de défauts que de qualités, mais il ne faut pas faire l’erreur de surenchérir votre personnage de qualité, car sinon il va être irréaliste, inintéressant et se prendre pour un super héros (voir le sujet sur l’attitude).Enfin, le dernier point de la constitution d’un personnage et pas des moindres :

 

DONNEZ LUI UN PASSÉ COMPLET !

 

Je dis bien un passé complet. Vous êtes comme un acteur allant faire une prestation sur une scène de théâtre. Vous devez, en quelques secondes, présenter un personnage à un public qu’il ne le connait pas et qui doit cerner plus ou moins qui il est. Vous voulez faire cela sans connaitre le passé de votre personnage ? Sans savoir son vécu et les douleurs qu’il porte en lui ? Ou du moins en en sachant que très peu ? OH ! Ca ne peut pas marcher ! Ca ne fonctionnera pas ! Il vous faut un maximum de connaissances sur lui, vous devez tout savoir : qui est-il ? D’où vient-il ? Qu’a-t-il vécu ? Quels sont ses traumatismes ? Ses défaites ? Ses victoires ? Ses amis ? Ses ennemis ? Qu’il ait 3 ans ou 77 ans, cela se joue sur des échelles variables mais c’est la même chose. Vous pouvez même aller plus loin : Qui sont ses ancêtres ? D’où vient sa famille ? Quel est son patrimoine ? Alors bien sûr, vous pouvez vous laisser une marge de manoeuvre, pour en découvrir petit à petit, d’autant que le passé est amené a être modifié selon votre vouloir au cours de vos aventures, il n’est pas fixe. Néanmoins, tâchez d’en savoir le plus possible, dans l’état, sur un moment donné.

 

Rappelez vous donc les trois points de la Constitution d’un personnage :

1 – Votre personnage n’est pas vous : vous êtes là pour rêver.

2 – Donnez lui des défauts et des tics : La règle c’est une qualité = un défaut.

3 – Donnez lui un passé complet, sans quoi vous n’arriverez pas à le comprendre.

On se retrouve dans le sujet suivant pour la deuxième clé permettant de jouer un personnage : l’attitude à avoir avec lui.