VBLOG 1 : CREER ET JOUER UN PERSONNAGE #1

 

Bonjour à vous, étant rédacteur sur le site consacré au rpg par écrit Infinite-RPG, il m’arrive de donner des donner quelques conseils pour mener à bien un rpg, comme par exemple la manière dont on peut maîtriser un background. Si récemment je me suis un peu égaré du sujet en traitant du lien étroit entre le transmédia et le jeu de rôle, c’est aujourd’hui avec ce même état d’esprit de partage d’expérience – sans prétention aucune – que je fais cet article.  Nous sommes ici en effet pour discuter de la meilleure des manières de créer et jouer un personnage –  savoir ce qu’il faut faire et ne pas faire – et aujourd’hui, je vais vous donner ce que j’estime être les règles de bases. Vous verrez, cela ne semble pas grand chose, mais vous aurez déjà de bonnes bases de travail pour améliorer votre façon de jouer. Alors, les règles de base que je vais vous donner se divisent en deux grosses « clés » : la première, c’est la Constitution du personnage. Comment je le fabrique ? Qu’est-ce que je lui donne ? La seconde est l’Attitude à avoir vis à vis de votre personnage. Ce premier post est réservé à la première, tandis qu’un second vous attends pour aborder la seconde.

La première règle de la constitution d’un personnage est primordiale et peut vous surprendre :

 

ÉVITEZ LES PERSONNAGES QUI VOUS RESSEMBLENT TROP !

 

Cela peut paraître bizarre, mais le personnage rpgique est là pour vous faire rêver, pour vous faire sortir de votre monde, vous êtes là IRL, vous vous emmerdez, alors vous prenez un rôle, comme un acteur qui va sur une scène de théâtre et vous voulez vous amuser. Alors que se passe-t-il lorsque vous prenez un personnage trop proche de vous ? Votre personnage va avoir les mêmes réactions que vous, les mêmes pensées que vous, les mêmes peurs que vous, les mêmes défauts, les mêmes qualités… Vous allez vous enfermer dans une « pseudo-réalité » proche de la votre et au final vous allez perdre le principe d’évasion qu’offre le jeu par forum rpg. De fait, très rapidement, vous allez finir par vous ennuyer. De plus, à vouloir jouer son propre rôle l’on a tendance à jouer mauvais. Bien évidemment, je vous entends déjà hurler au scandale : il est tout à fait possible de jouer un personnage proche de vous, mais je peux vous assurer, d’expérience, qu’un joueur prend beaucoup plus son pied en allant chercher quelque chose qu’il ne connait pas, voire son opposé.

Vous êtes gentil ? Soyez méchant !
Vous êtes méchant ? Soyez gentil !
Vous aimez les chips ? Soyez chipsophobe !

C’est que vous allez vous amuser, c’est que vous allez prendre votre pied, c’est que vous allez explorer et donc c’est là que vous allez prendre le plus de plaisir. Cela va se ressentir dans votre jeu et sera beaucoup plus agréable pour vous et pour les autres.

Cette règle primordiale donc : jouez un personnage qui n’a rien avoir avec vous, même si cela vous fait peur, au contraire, il faut y aller !

Deuxième point de la constitution d’un personnage, un point qui va vous paraitre là aussi étrange mais qui, vous le comprendrez très vite, a toute son importance :

 

DONNEZ A VOTRE PERSONNAGE DES DÉFAUTS, DES TARES ET DES TICS !

 

Quand vous créez un personnage, qu’est-ce qui se passe ? Vous prenez votre petit carnet et vous commencez à faire un petit listing de ses qualités, son corps parfait et ainsi de suite. Résultat ? Vous obtenez un personnage superficiel et inintéressant. Il faut savoir que l’on s’attache à un personnage en premier lieu à cause de ses défauts, de ses tares et de ses tics. Ceux qui sont fans des shônens japonais savent que j’ai raison : Luffy (One Piece) et Naruto (Naruto) n’arrêtent pas de bouffer, sont têtus et ont une capacité intellectuelle constable, Kakashi (Naruto) est toujours en retard, Light Yagami (Death Note) est très orgueilleux… Dans One piece – j’y reviens car ce manga est particulièrement parlant pour cela – tous les personnages ont des tics, tous, tous, absolument tous : soit ils rigolent bizarrement, soit ils utilisent toujours un certain mot… C’est vers cela qu’il faut aller, c’est cela qui rend un personnage vivant, qui le rend attachant et intéressant.Donc, quand je créé un personnage, que dois-je faire ?

Vous vous dites : je veux créer un personnage, super, quels sont ses défauts ? Et je vous assure que ça fait la différence ! Est-ce qu’il va être orgueilleux, méchant, va-t-il avoir peur, est-il le plus gros froussard de la terre tout simplement ? Et pour les tics, c’est la même chose ! Votre personnage se touche-t-il les cheveux sans arrêt ? Dit-il pardon dans toutes ses phrases parce qu’il passe son temps à s’excuser ? Se tripote-t-il sans cesse les doigts ? Est-ce qu’il utilise le mot « fanfreluche » plus que quatre-vingts pour cent des gens ou est-ce qu’il utilise une expression désuète ? Est-ce qu’il rigole n’importe comment ? Est-ce qu’il crache toujours parterre ? Bref, ses tics, ses obsessions aussi, allez y à fond, ses peurs, en sommes tout ce qui semble négatif avant tout.

Après, et seulement après, lorsque vous connaissez ses défauts, ses tares et ses tics, vous pourrez lui ajouter des qualités. Mais surtout, il y a une règle à toujours respectée :

 

une qualité = un défaut.

 

Ou alors, donnez lui plus de défauts que de qualités, mais il ne faut pas faire l’erreur de surenchérir votre personnage de qualité, car sinon il va être irréaliste, inintéressant et se prendre pour un super héros (voir le sujet sur l’attitude).Enfin, le dernier point de la constitution d’un personnage et pas des moindres :

 

DONNEZ LUI UN PASSÉ COMPLET !

 

Je dis bien un passé complet. Vous êtes comme un acteur allant faire une prestation sur une scène de théâtre. Vous devez, en quelques secondes, présenter un personnage à un public qu’il ne le connait pas et qui doit cerner plus ou moins qui il est. Vous voulez faire cela sans connaitre le passé de votre personnage ? Sans savoir son vécu et les douleurs qu’il porte en lui ? Ou du moins en en sachant que très peu ? OH ! Ca ne peut pas marcher ! Ca ne fonctionnera pas ! Il vous faut un maximum de connaissances sur lui, vous devez tout savoir : qui est-il ? D’où vient-il ? Qu’a-t-il vécu ? Quels sont ses traumatismes ? Ses défaites ? Ses victoires ? Ses amis ? Ses ennemis ? Qu’il ait 3 ans ou 77 ans, cela se joue sur des échelles variables mais c’est la même chose. Vous pouvez même aller plus loin : Qui sont ses ancêtres ? D’où vient sa famille ? Quel est son patrimoine ? Alors bien sûr, vous pouvez vous laisser une marge de manoeuvre, pour en découvrir petit à petit, d’autant que le passé est amené a être modifié selon votre vouloir au cours de vos aventures, il n’est pas fixe. Néanmoins, tâchez d’en savoir le plus possible, dans l’état, sur un moment donné.

 

Rappelez vous donc les trois points de la Constitution d’un personnage :

1 – Votre personnage n’est pas vous : vous êtes là pour rêver.

2 – Donnez lui des défauts et des tics : La règle c’est une qualité = un défaut.

3 – Donnez lui un passé complet, sans quoi vous n’arriverez pas à le comprendre.

On se retrouve dans le sujet suivant pour la deuxième clé permettant de jouer un personnage : l’attitude à avoir avec lui.

Simon Foucher

Simon est étudiant en scénarisation transmédia. Touche à tout depuis son premier contact avec un ordinateur, il s'intéresse à toutes les formes d'expressions allant de l'écriture à la vidéo d'animation en passant par le graphisme ou même le code. Passionné de jeux de rôles par écrit, la question de la simulation et le world building est au coeur de ses réflexions. Il suit de très près les progrès de la réalité virtuelle.

2 thoughts to “VBLOG 1 : CREER ET JOUER UN PERSONNAGE #1”

  1. Comme toujours, j’aime beaucoup tes articles ! Je n’avais pas encore lu celui-ci, malgré le fait qu’il cite plusieurs fois le blog des Infiniters et je t’en remercie <3. J'approuve cent fois tout ce qui est dit, cela complète bien ton article sur le background et la maîtrise des "temps" d'un personnage : lui ajouter des imperfections ET ne pas trop se projeter en lui ;).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *